Portrait d'un associate producer, Michaël Breyton

Michaël "Etheon" Breyton, assistant chef de projet, a bien voulu répondre à nos questions sur son métier. Bienvenue dans la Série des Portraits de Creajol !

" J'étais destiné à travailler comme cadre dans l'administration, au final j'ai choisi le jeu vidéo, et chaque jour je me lève sans regretter une seule seconde ce choix. Travailler dans un secteur qui nous passionne est rare de nos jours, et si l'on connait les risques, il ne faut pas hésiter à tenter l'aventure. "

Creajol : Bonjour, merci de nous accorder ces quelques pensées !

Merci à vous, toujours heureux de faire connaitre l'industrie vidéo ludique au plus grand nombre !

Creajol : Qui es tu ?

Michaël, 25 ans, toutes ses dents. Fidèle membre du réseau JeuxOnLine depuis une dizaine d'années, passé de l'autre côté du miroir en tant qu'associate producer. Je réside actuellement à Paris pour mon travail, que j'exerce depuis moins d'un an, tout jeune dans le métier donc, même si j'ai un passé actif dans le bénévolat lié à mon poste.

Creajol : En quoi consiste ton métier ?

En tant qu'associate producer (assistant chef de projet en français), mon métier comprend de multiples facettes.

Je suis responsable du bon déroulé du planning décidé avec le chef de projet et le responsable de production. Je planifie avec l'équipe de production les tâches à réaliser, et je supervise l'exécution en temps et en heure de l'ensemble.

Je suis aussi responsable de la communication entre l'équipe de production et les équipes transverses ainsi que la direction. Préparation et présentation des différentes versions du jeu à la direction, coordination de la production avec des sociétés externes (assurance qualité, sound design, création des trailers...) ou des équipes internes (marketing) sont autant de tâches m'étant attribuées.

Etant dans une petite société, et responsable d'une petite équipe, je me dois d'être également très polyvalent. Je m'occupe donc en plus de l'intégration de plusieurs éléments en jeu, grâce à Unity 3D, le logiciel le plus user-friendly de l'industrie !

Pour résumer, mon métier consiste à simplifier la vie de mon équipe, et à lui permettre de se concentrer uniquement sur le jeu.

Creajol : Est ce qu'il s'agit d'une passion ?

Oui, assurément ! Le jeu vidéo d'abord, est une passion depuis tout petit. Mon métier également, puisque ce que j'aime par dessus tout c'est avoir une vision globale d'un projet et le mener à bien en étant le plus efficace possible. Certes je ne suis pas un créatif, mais grâce à mon rôle je côtoie chaque jours les graphistes, les programmeurs, les game designers... c'est très enrichissant.

Creajol : Professionnellement, quel est ton plus grand souhait ?

Je débute, j'ai des tas de grands souhaits ! J'ai vraiment envie de travailler sur un jeu en ligne persistant. Au delà de l'équipe, j'adore discuter avec la communauté du jeu sur lequel je travaille, voir les avis, les stratégies, les attentes, c'est très motivant. De plus, la sortie du jeu n'est que le commencement dans ce type de production.

Si je regarde plus loin dans le futur, peut être partir à l'étranger, ne serait-ce que quelques années. Après tout le milieu du jeu vidéo est international, pourquoi ne pas en profiter.

Creajol : Que dirais-tu aux gens qui rêvent de travailler dans le milieu ?

De réfléchir, de prendre son temps et de se demander pour quelles raisons ils veulent travailler dans ce milieu. Ce n'est pas tout rose et si la façade fait rêver, certains tombent de haut en voyant l'envers du décors. Les salaires en dessous de la moyenne pour un métier équivalent dans les autres secteurs, des horaires parfois difficiles à tenir durant un projet... il faut s'accrocher. Mais si on est au courant de ça, si malgré tout on veut se lancer dedans, il faut foncer !

J'étais destiné à travailler comme cadre dans l'administration, au final j'ai choisi le jeu vidéo, et chaque jour je me lève sans regretter une seule seconde ce choix. Travailler dans un secteur qui nous passionne est rare de nos jours, et si l'on connait les risques, il ne faut pas hésiter à tenter l'aventure.

Creajol : Qu'est ce que tu admires ?

Mes collègues. Je ne suis pas un technicien ni un créatif, et je dois diriger des personnes talentueuses, cela m'impressionne tous les jours ! C'est aussi un aspect intéressant du jeu vidéo, travailler avec des gens vraiment différents, tous doués dans leur domaine bien particulier, et guider tout ce petit monde dans une direction unique, la sortie d'un jeu.

Creajol : Ton travail et tes compétences évoluent avec le temps ?

Je ne suis pas un technicien comme je l'ai dit, néanmoins mes compétences techniques évoluent avec le temps.

C'est très agréable de travailler dans une équipe réduite, mais c'est aussi plus de responsabilités et cela demande une plus grande polyvalence. Je n'avais jamais touché à une ligne de code avant d'arriver dans ma boite, et même si je connaissais Unity grâce à mes projets scolaires, ce n'était rien.

Aujourd'hui je maitrise le logiciel, je comprends les bases du scripting c#, et il m'est arrivé de modifier du code... Il me reste du chemin, mais j'ai commencé les cours de c#, le chemin n'est plus très long avant de renverser mon programmeur et prendre le vrai pouvoir !

Creajol : Comment es tu entré dans l'industrie du jeu vidéo ?

Il y a quatre ans j'étais en faculté de droit, je me destinais à devenir cadre A dans l'administration. Rien n'est plus éloigné du jeu vidéo, et pourtant au niveau personnel, j'étais un gros joueur, mais également un consommateur averti, m'intéressant à l'industrie.

J'avais pris une année pour préparer mon concours, et durant cette année j'ai découvert une école, l'ENJMIN, qui forme les différentes spécialités présentes dans une entreprise de jeu. La spécialité chef de projet me correspondait et j'ai donc postulé. Après un concours en trois parties (un dossier à réaliser, un examen écrit, et un oral) j'ai intégré l'école en octobre 2011. C'est un master, avec un an et demi d'école et six mois de stage en entreprise. A la fin du stage, je suis resté dans la société et j'y suis encore aujourd'hui.

Creajol : Ta plus grande joie dans la production d'un jeu ?

Le jour où j'ai appuyé sur le bouton envoyant sur Steam la version publique de mon tout premier jeu ! Je pense que c'est très cliché comme moment pour un membre de l'industrie, mais c'est sincèrement incroyable comme sensation. Ce soir là nous sommes restés avec les collègues trois heures de plus à contempler les forums se remplir de joueurs, voir le jeu monter dans le top 10 des ventes, et espérer atteindre le sommet !

Creajol : Un avis sur l'industrie du jeu vidéo ?

L'industrie du jeu vidéo ? En deux mots, multiple et changeante. Arrivée d'une nouvelle génération de consoles, entrée de Valve dans le monde du hardware, arrivée prochaine de la réalité virtuelle dans nos foyers, le cloud arrivant bientôt à maturité, des millions de bénéfices par semaine pour King.com avec des bonbons en pixel, une industrie "Indie" toujours plus forte et hallucinante dans ses productions... Comment prédire quelque chose sur cette industrie ?

Je suis persuadé de deux choses. Le jeu vidéo dans sa globalité n'est pas prêt de mourir, même s'il est probable qu'il connaisse de nouvelles mutations dans les années à venir. L'autre chose, c'est que les indépendants n'ont pas fini de nous faire rêver, et qu'il faudra regarder de ce côté pour les futurs perles vidéo ludiques.

Dans tout les cas, travailler au milieu de tout ce bazar et penser à tout ce qui arrive dans le futur, c'est le pied !

Source : https://twitter.com/m_breyton

  • En chargement...