Portrait d'un game designer, Pierre Pradal

Pierre Pradal, game designer travaillant dans la robotique, a bien voulu répondre à nos questions sur son métier. Bienvenue dans la Série des Portraits de Creajol !

" Je pense que si je devais rêver un jeu ce serait un projet de jeu vidéo de type pervasive game. Un jeu mêlant réseaux sociaux et réalité augmentée qui permettrait aux joueurs d'interagir avec notre réalité. Je souhaiterais aussi que ce jeu ait vraiment du sens, qu'il apporte quelque chose aux joueurs. "

Creajol : Bonjour, merci de nous accorder ces quelques pensées !

My pleasure !



Creajol : Qui es tu ?

Pierre Pradal, concepteur de jeu et scénariste.
Je suis un passionné de jeu : je joue tout autant à des jeux vidéos (sur consoles portables ou non, sur iphone, etc.) mais aussi à des jeux de plateaux, des jeux de rôle, etc.
Je suis féru de nouvelles technologies et de nouveaux usages. Je suis aussi un passionné d'art digital, de lecture et d'écriture, de cinéma et de musique électronique générative.



Creajol : En quoi consiste ton métier ?

Cela va grandement dépendre du projet sur lequel je travaille.
Il y a 10 ans, lorsque j'ai commencé comme game designer,  je travaillais tout autant sur des high concept que sur des game design. Dans le premier cas, le studio me demandait d'imaginer de nouveaux concepts de jeux vidéos; dans le second, j'étais en charge de décrire toutes les mécaniques de jouabilité, les boucles de gameplay d'un jeu mais aussi d'en régler la courbe de difficulté et d'apprentissage, de définir les règles de level design, etc.

Ensuite, parce que j'avais une fibre pour l'écriture, l'on m'a de plus en plus demandé de travailler des scénarios pour des jeux vidéos, puis de créer des univers de toutes pièces. C'est ainsi que je suis peu à peu devenu ce que l'on appelle parfois un world designer doublé d'un scénariste et d'un game designer.

Aujourd'hui, ma carrière vient de prendre un nouveau tournant puisque je ne travaille plus vraiment dans le jeu vidéo mais dans le domaine de la robotique de loisir et du serious game.
Le principal projet sur lequel je travaille actuellement mêle habillement, robotique, jeux vidéos, réalité augmentée et serious game. Tout un programme !
En fait, au sein de ce studio, je suis chargé d'imaginer du contenu ludique pour divers projets de robotique grand public. Je travaille aussi sur nombre d'objets communicants.



Creajol : Est ce qu'il s'agit d'une passion ?

Oui. Je trouve que mon métier est vraiment passionnant dans le sens où je ne râle jamais en me rendant au travail le matin, bien au contraire ! En fait, je pense vraiment faire l'un des métiers les plus passionnant du monde. Et je suis sérieux lorsque j'écris cela.
Mais -avec le temps- ce métier est aussi devenu une vocation. Lorsque je pense à mon avenir je ne me vois pas faire autre chose que de travailler dans la conception de jeu (high ou low tech) et sur l'écriture de contenu ludique : scénario, créations et descriptions de mondes originaux, etc.



Creajol : Professionnellement, quel est ton plus grand souhait ?

Mon plus grand souhait : continuer à faire ce que je fais, continuer à apprendre et à me surprendre, continuer à partager ma passion.



Creajol : Que dirais-tu aux gens qui rêvent de travailler dans le milieu ?

Je dirai que c'est un milieu exigeant. Il faut travailler beaucoup et travailler dur.
Il existe aujourd'hui de bonnes formations aux métiers du jeu vidéo en France comme à l'étranger. Ces formations sont solides mais l'on peut encore s'en passer si l'on est courageux, créatifs et passionné.

Je pense aussi que pour bien réussir dans les métiers du jeu vidéo il faut avant tout cultiver sa créativité. Etre un joueur passionné avec un pad greffé dans la main c'est cool mais cela ne suffit pas. Il faut aimer jouer mais pas seulement au jeu vidéo, il faut aussi se gaver de créations venant d'autres domaines: cinéma, littérature, etc.
Il faut aussi aimer partager et surtout, surtout, rester humble.



Creajol : Qu'est ce qui t'inspire ?

Tout. Je me considère comme une véritable éponge.
Je me nourris de beaucoup de choses. Je dévore des dizaines de livres par an, je vois autant de films, je passe d'une expo à une autre, assiste à des tas de conférences, de séminaires sur des sujets les plus variés. J'échange et partage sur le web, au sein d'associations, au travail, etc.
Au final, toutes ces interactions sociales et culturelles me nourrissent et nourrissent mon imaginaire, se télescopent dans ma tête. C'est là que réside pour moi la source de mon inspiration.



Creajol : Qu'est ce que tu admires ?

Les Créatifs. Les gens de tous domaines sociaux / professionnels qui sont capables de rêver, imaginer, créer et penser le monde différemment et autrement.



Creajol : Quels sont tes meilleurs outils de travail ?

Un bon game designer ne se sépare jamais -je dis bien jamais- de son cahier Moleskine et d'un bon stylo. Avec ces deux outils tu peux faire 90% de ton travail.
Les autres outils -traitement de texte, éditeur vectoriel, etc.- ne servent que pour finaliser les 10% restant et surtout pour partager avec le reste de ton équipe la substantifique moelle de ce que tu as couché sur le papier.



Creajol : Comment es tu entré dans l'industrie du jeu vidéo ?

Par hasard ou presque. C'était une belle histoire en fait.
A l'époque, je passais une bonne part de mon temps de jeu à pratiquer le jeu de rôle avec un groupe d'amis. Je pratiquais cette activité ludique en tant que joueur mais aussi en tant que meneur de jeu et cela depuis plus de vingt ans. Au fil du temps, j'ai commencé à créer mes propres jeux et à écrire des campagnes.

Un jour, à la fin d'une session de jeu incroyable qui marquait la clôture d'une campagne épique que j'avais écrit, un de mes amis m'a dit: "Ecoute Pierre c'était incroyable ce truc. Tu devrais vendre tes scénarii et tes jeux et arrêter de travailler à l'usine." Moi, assez incrédule, j'ai répondu un truc du style: "Bha qui pourrait bien s'intéresser à tout cela ?..." Et lui de me répondre tout de go! : "Un studio de jeu vidéo !"

L'idée a trotté dans ma tête pendant une petite semaine. Au terme de cette semaine, j'envoyais une candidature spontanée dans un studio de développement de JV avec une jolie lettre de motivation et un book contenant des extraits de mes jeux, des articles, des scénarii, etc. Deux mois plus tard, je passais un entretien... dans la foulée, j'ai été embauché au poste de game designer.
Je n'en reviens toujours pas...



Creajol : Une idée de jeu qui te fait rêver ?

Eh bien je pense que si je devais rêver un jeu ce serait un projet de jeu vidéo de type pervasive game. Un jeu mêlant réseaux sociaux et réalité augmentée qui permettrait aux joueurs d'interagir avec notre réalité. Je souhaiterais aussi que ce jeu ait vraiment du sens, qu'il apporte quelque chose aux joueurs et pourquoi pas -en toute humilité- que ce jeu permette de changer le monde au travers de ces interactions in et out game.



Creajol : Autre chose ?

Merci pour cet entretien et bonne continuation !

Source : http://www.apokalipstick.fr/

  • En chargement...